Guinness au zoo

Petit souvenir du zoo de Peaugres

Guinness est assez facile à vivre. Elle n’extériorise pas ses sentiments en aboyant. Et si c'est le cas, on ne crie pas, on s'agenouille à côté d'elle, on lui parle, on lui demande ce qui ne va pas, on s’intéresse à ce qu'elle fixe et on l'accompagne dans son incompréhension.
C'est sûr, on parait un peu con sur le coup mais au final, elle n'aboie pas pour un oui ou pour un non. Et c'est bien plus facile à vivre!
Crier sur le chien et lui tenir le museau est moins ridicule mais moins efficace. Sans compter que la petite arrive très bien à aboyer si on lui maintient le museau fermé (Don de ventriloque? A creuser...).

Vu, donc, qu'elle n'aboiera pas sur les animaux(nous sommes là pour le confort de chacun), on la prend avec à la découverte des bestioles, exotiques ou non.
Une jolie leçon, à savoir appréhender les animaux inconnus et les multiples distractions.
Le bonus c'est les animaux peureux qui, interloqués par la poilue silencieuse, s'approchent pour voir.
Une manière originale d'approcher les animaux!

5453 commentaires

Guinness sur le chemin des vacances

Deux semaines de vacances avec la bête, lasse et ennuyée de devoir la mettre au refuge pour mon petit confort personnel.
Bon New-York et la plongée en Egypte, c'est pas conseillé pour les chiens. On se console en se disant que le refuge est bien, qu'elle a des "amis", qu'elle a l'air bien contente d'y aller (ce qui est vrai), mais tout autant de rentrer (ce qui est encore vrai).
Bref, un chien c'est un choix alors (parfois), on met son confort de côté et on s'organise!

Deux semaines en France, dans les environs de Nîmes. On profite d'une maison prêtée la première semaine, ça facilite la vie même si on ne l'a jamais laissée seule là-bas. Prendre un chien en vacance ne signifie pas s'en débarrasser une fois sur place.

Un chien en vacances, c'est compliqué, c'est vrai.
Il faut préparer chaque déplacement, téléphoner, histoire de savoir si ils acceptent les chiens.
Choisir le restaurant, pas trop en terrasse, à cause du manque d'ombre, pas trop à l'intérieur, au cas où la petite s’impatienterait. On oublie les via ferrata, les sports trop extrêmes, les nuits improvisées à l'hôtel (en trouver un à l'arrache est déjà complexe alors si le facteur "chien autorisé" s'ajoute...). Mais après tout: si vous ne supportez pas le soleil, vous choisirez une place à l'ombre. Si votre amie à une cystite, vous ferez attention à trouver des toilettes sur la route. Bref... Si on veut, on peut (dans une mesure raisonnable).

Le bonus c'est ces matins, réveillé à 6h, héritage du rythme de travail. Petite ballade matinale puisqu'on est réveillé: profiter du lever de soleil sur la garigue. Sans se forcer, avec le chien. Puis aller se recoucher. Chien comblé.

Pour revenir à l'organisation ce fut une semaine dans une maison prêtée, puis une semaine à dormir dans la (grande) voiture. Nous sommes autonomes, c'est plus simple.
Au final ça à donné moi, brûlée au 2eme degré sur l'intérieur des demi-jambes au troisième jour donc c'est pas le chien qui a posé le plus de problème lors des vacances!

Question activités, après quelques visites du type arènes, ou jardins, Guinness a profité d'une ballade en kayak.
Nous avons terminé la semaine par la visite d'un zoo (très instructif pour le chien de voir autant d'animaux).

Le petit plus pour l'organisation fut ses premières chaleurs.
La véto me disais: "vous verrez bien assez vite si elle a ses chaleurs, les mâles vous suivront. Mais attention, il suffit de 5 minutes d’inattention et paf!"
J'étais persuadée qu'elle exagérait. Mal m'en a pris, c'est son métier, il ne faut pas toujours vouloir remettre en doute l'avis des médecins même si c'est la mode. (Pourquoi ne remet-on pas en doute l'avis du plombier?).
Dans chaque camping (qui accepte les chiens), nous avons eu des voisins insistants: du vieux labrador au jeune épagneul, mademoiselle n'avait qu'à faire son choix, et elle semble le faire! Certains la laissait indifférente, d'autres pas.
Bref, aussi embêtant que d'avoir ses règles avec des habits blancs, toujours rester vigilant. Mais au final, on s'y accommode très bien.

Dorénavant, lorsque le refuge vous expliquera qu'il ne prend pas les chiennes en chaleurs, émettez au moins l’hypothèse de le prendre avec. C'est pas si compliqué au final.

Pour conclure, Guinness n'a jamais été aussi sage.
Les bergers australiens sont des chiens d'extérieurs, de bons gardiens, des chiens qui ont besoin d'activité.
La ballade journalière et les excursions à cheval du week-end ne suffisent pas complètement à son équilibre. Elle est heureuse quand elle est avec nous. Attentive, conciliante, elle fini sa journée à surveiller qu'aucun intrus ne rentre sur son nouveau territoire. Et s’endort, épuisée, d'un repos bien mérité.
Avoir son chien 24/24h est possible pour peu de monde, mais c'est bien comme ça que Guinness est la plus heureuse!

5 commentaires

Chien parabolique

Nombreuses sont les personnes qui mettent en pâture des images de tierces personnes(ou de soi-même, soyons fou), dans l'unique but de les tourner en dérision.
C'est honteux.
C'est petit.
C'est... Bon ok, pardon Guinness!


Un air de famille?


scan.. scan..

2 commentaires

Promenade accompagnée

Il en aura fallu du temps mais ils ont fini par s'apprivoiser.
Le mérite revient principalement à Gin (le chat) qui est une dominatrice et une manipulatrice hors pair. Mais au final, ça fait des ballades à deux, côte à côte.

Notez que pour ce cas bien particulier il faut non seulement un chat qui accompagne en ballade mais en plus un chien qui ne court pas après le chats, et qui les tolère.

aucun commentaire

Balade du doudou

Il y a des jours, comme ça, où on retourne en enfance.
On a besoin d'un peu de réconfort, de croire en certaines choses absurdes, de lâcher prise.
Où je veux en venir? Guinness m'a demandé de prendre son doudou en ballade aujourd'hui.

Des doudous, je n'en ai jamais eu. Avoir des parents dans la psychologie, ça leur inculque de drôles de principes comme éviter l'attachement à des choses matérielles. Ça ne m'a pas manqué et je ne me sens pas traumatisée (enfin... je crois).
Mais les doudous c'est avant tout pour les parents: ça fait des jolies photos et un copain pour jouer qui ne fait pas de bruit, ne chiale pas, ne mange pas (mais sent tout de même mauvais).

Avant de franchir le portail, Guinness avait encore son doudou dans la gueule. Arrêt devant le portail et elle me regarde, le regard qui me questionne. Je lui dis "oui, ok, prend le avec, mais tu le portes!"

Je n'y croyais pas trop mais ça participe à l'effet scénique. Mais que nenni! Elle l'a pris toute la ballade, et l'a porté tout le long. Il a eu droit à quelques poses quand il s'agissait de renifler des "indices" mais Guinness a été bien gentille sur ce coup, elle l'a entièrement géré.

1 commentaire